Réalisateurs / Intervenants

Réalisateurs & Intervenants


Les Réalisateurs présents

Bio S CISSESouleyman CISSE

 

Souleymane Cissé est né à Bamako en 1940. Il a réalisé plus de 30 films. Après des études secondaires à Dakar, il revient dans son pays en 1960. Passionné de cinéma, il obtient une bourse pour faire des études de cinéma en Union Soviétique, à l’Institut des Hautes Etudes Supérieures de la cinématographie à Moscou où il passe plusieurs années. Diplômé, il rentre au Mali en 1970 et travaille comme cameraman-reporter au Ministère de l’Information. Son premier moyen métrage « cinq jours d’une vie »(1970), l’histoire d’un jeune garçon qui quitte l’école coranique et vagabonde, est primé au Festival de Carthage. C’est en 1975 qu’il réalise son premier long métrage « Den Muso » (La Jeune Fille) qui raconte l’histoire dune jeune fille muette violée par un chômeur et rejetée par la famille.Le film est interdit et
le cinéaste est emprisonné. Le film ne sera autorisé que 3 ans plus tard. Entre 1978 et 1987, Souleymane Cissé produit trois films couronnés de nombreux prix qui vont
définitivement asseoir sa réputation internationale :
En 1978, Baara (Le Travail) qui reçoit l’étalon de Yennenga (1° prix) au Fespaco.
            - En 1983, Finyè (Le Vent), Etalon de Yennenga et Tanit d’Or à Carthage. ( sélectonné à « Un Certain Regard à Cannes la même année). Cissé est membre du Jury du
Festival de Cannes.
           - En 1987, Yeelen (La Lumière), prix Spécial du Jury à Cannes : le premier film africain à recevoir cette distinction. Ses deux derniers longs métrages ont été réalisés en1995 (Waati : Le Temps) et en 2009 (Min Yé).
Soucieux du développement de l’audiovisuel en Afrique, il est, depuis1997, Président de l’Union des Cinéastes et entrepreneurs du cinéma et de l’audiovisuel de l’Afrique de l’Ouest (UCECAO)
Son 7° long métrage « Soba », dont le tournage a commencé en octobre 2013, est en cours
d’achèvement et devrait être terminé en 2014.

 

Filmographie
Courts et moyens métrages 

1968: L’aspirant 1975 : Den Muso
1968 : Source d’inspiration 1978 :Baara
1970 : Dégal à Dialloubé 1982 :Finyè
1971 : Fête du Sanké 1987 :Yeelen
1972 : Cinq jours d’une vie 1995 : Waati
1975 : L’Homme et ses idoles 2009 : Min Yé
1978 : Chanteurs traditionnels des Seychelles

 

Longs métrages 

1975 : Den Muso
1978 : Baara
1982 : Finyè
1987 : Yeelen 
1995 : Waati 
2009 : Min Yé

 

Prix
1979 BAARA (Le Travail) : Etalon de Yennenga au Fespaco et Montgolfière d’or au Festival des 3
continents.
1983 FINYE (Le Vent) : Etalon de Yennenga et Tanit d’Or au Festival de Carthage
1987 YEELEN (La Lumière) : Prix Spécial du Jury au Festival de Cannes
2007 Lauréat du prix Henri-Langlois

 

Mama KeitaMama KEITA


Né en1956, à Dakar (Sénégal), Après des études de droit à l'Université de Paris-I, il devient scénariste. Il débute sa carrière
de réalisateur en 1981 et tourne 5 court métrages puis ses deux premiers longs métrages Ragazzi en 1990 et Le 11ème commandement en 1997. En 1998, son ami , le cinéaste David Achkar, décède .Il lui consacre un documentaire « David Hachkar, une étoile filante »mêlant archives, textes et photos. Il reprend à son compte un projet de long métrage de son ami, « Le Fleuve » et le mène à terme. Ce film sera son troisième long métrage sorti en 2002. Il reçoit le Prix de la Presse au Festival du film de Paris en 2003. Il signe en 2006 « Le Sourire du Serpent » qui sera en compétition au FESPACO en 2007


Son dernier long métrage « L'Absence » est réalisé en 2009 .Sélectionné en compétition
officielle au Fespaco en 2009 (Burkina Faso) il obtient le prix du scénario. La même année il il reçoit le prix du meilleur film au festival de Tarifa et le prix spécial du jury au Festival de Khouribga.

 

Filmographie
Courts métrages


1981: Le Cafard
1982: L'Oriental
1985: Opus 1
1988: Waps
1993: Nuit blanche
1998: Une Étoile filante (doc)
2004: Le Transfert , Sur la route du fleuve (doc)

 

Longs métrages


1990 : Raggazi
1997 : Le 11ème commandement
2001/2002 : Le Fleuve
2006 : Le Sourire du serpent
2009 : L'Absence

Pocas PascoaPocas PASCOAL


Pocas Pascoal est né en Angola en 1963 qu’elle quitte pour le Portugal à l’âge de 16 ans, pour fuir la guerre civile. Revenu 2 ans plus tard en Angola, elle devient caméraman à la télévision angolaise. Installée en France, elle suit les cours du Conservatoire Libre du Cinéma Français (CLCF) et obtient un diplôme de monteuse. En 2002, elle intègre le groupe d’artistes de la Cité Internationale des Arts.

 

Elle réalise plusieurs courts métrages dont 2 documentaires, « Mémoires d’enfance » et « Il y a toujours quelqu’un qui t’aime » (2003) et un court métrage de fiction en 2008 « Demain sera différent ».

 

Inspiré de sa propre expérience, « Ici tout va bien » (« Por aqui todo bem ») est son premier long métrage (2011) présenté en compétition au FESPACO en 2013 où il a reçu le prix de l’Union Européenne.


Les autres réalisateurs

DyanaDyana GAYE

 

Dyana Gaye est née à Paris. Elle étudie le cinéma à l’Université Paris 8 St Denis où elle obtient en 1998 une maîtrise en études cinématographiques. En 1999, elle est lauréate de la bourse d'étude Louis Lumière – Villa Medicis Hors les Murs pour son scénario « Une femme pour Souleymane » qu'elle réalisera l'année suivante. Le film obtient de nombreux prix dans des festivals internationaux. Parallèlement, elle travaille pendant plusieurs années comme programmatrice pour l'ACID (Association pour le Cinéma Indépendant pour sa Diffusion).

 

En 2004, elle réalise « J’ai deux amours » pour le projet « Paris la métisse », série de 15 courts-métrages.

 

En 2006, son troisième court-métrage « Deweneti » connaît une large diffusion nationale et internationale. Il reçoit le Prix du Jury au Festival International du Film de Clermont-Ferrand en 2007 et fait partie des cinq films nommés aux Césars 2008 du meilleur courtmétrage.

 

C’est en 2009 qu’elle elle réalise « Un transport en commun », comédie musicale présentée au Festival de Locarno en compétition « Cinéastes du présent », et sélectionnée, entre autres, aux festivals de Sundance et de Toronto .Le film, sorti en salles en France en juin 2010, rencontre un accueil critique et public enthousiaste. Il fait partie des cinq films nommés aux César 2011 du meilleur court-métrage. Il reçoit par ailleurs le Prix du meilleur courtmétrage français au Festival de Films de Femmes de Créteil en 2010. Son premier long métrage « Des étoiles »est sorti en janvier 2014 : il a obtenu deux prix (Grand prix et prix du public) au festival d’Angers et a reçu le prix France Culture à Cannes en mai 2014.



Filmographie


2000 : Une femme pour Souleymane
2005 : J'ai deux amours
2006 : Deweneti
2009 : Un Transport en commun
2013 : Des étoiles (long-métrage)

Joao VianaJoao VIANA

 

João Viana est né en 1966 en Angola de parents portugais. Entre 1988 et 1994, il a obtenu une licence en droit à Coimbra et a étudié le cinéma à Porto. Il a travaillé dans la production, la réalisation et comme scénariste. En 2007, il a écrit Olhos Vermelhos (Les Yeux Rouges) pour Paulo Rocha. Il a travaillé avec les plus importants cinéastes portugais comme José Alvaro, César Monteiro et Manoel de Oliviera mais aussi avec des cinéastes français, allemands et belges. Il a été un des auteurs du Dictionnaire du Cinéma Ibéro-américain (2005-2007) en 10 volumes, édité par la SGAE (Société Générale des Auteurs et Editeurs, Madrid) et coordonné par le Dr Bénard da Costa de la Cinémathèque Portugaise.

 

Il s’est lancé dans la réalisation en 2004 avec un certain nombre de courts métrages dont « la piscine » présenté en compétition au Festival de Venise, qui a été le courtmétrage portugais de fiction le plus récompensé

 

Filmographie


2004 La piscine (CM)
2010· Alfama (CM)
2013 La bataille de Tabato

Lasri

Hicham LASRI

 

Après des études juridiques, Hicham Lasri s’engage dans une carrière d’écrivain, de dramaturge et de scénariste .Il travaille pour plusieurs cinéastes : l’acteur et réalisateur Rachid ElOuali ; le danseur, chorégraphe et réalisateur Lahcen Zinoun ; Omar Chraïbi, Nabil Ayouch (connu pour Whatever Lola Wants et Les Chevaux de Dieu) ; et le réalisateur tunisien Taïeb Louhichi.

 

En 2002, il entame une carrière au cinéma, avec la réalisation d’un certain nombre de courts-métrages dont Géométrie du remords pour lesquels il obtient de nombreux prix.

 

Par la suite, en 2006/2007, il prendra la tête de la direction artistique de 17 long-métrages dans le cadre du projet "Film Industry" (production de 30 long-métrages de fiction par des jeunes réalisateurs) pour lequel il réalise trois films. Il participe également à la réalisation du 3ème volet du triptyque, Terminus des Anges, un long-métrage collectif.

 

Il se lance aussi dans l’écriture et la production de plusieurs projets télévisés. En 2011 il réalise son premier long-métrage « The End » qui sera sélectionné à Cannes dans le cadre de la programmation ACID, et remportera également le Prix du jury à Tanger.

 

« C’est eux les chiens » est son deuxième long métrage. Il est produit par Nabil Ayouch. Il a également fait partie en 2013 de la sélection ACID au festival de Cannes et a reçu le Grand prix au festival de Cordoue en 2013.

 

Filmographie

2002 : Géométrie Du Remords (court métrage)
2003 : Terminus des anges
2005 : Lunatika (court métrage)
2007 : L'os de fer (téléfilm)
2011 : The End (LM)
2011 : Android (court métrage)
2013 : C'est eux les chiens (LM)

Anenden Anenden2 Anenden3

Harrikrisna Anenden       Sharvan Anenden         Ananda Devi

 

La famille Anenden occupe une place notable dans le domaine de la production littéraire et cinématographique à Maurice. Le pére, Harrikrisna est connu pour ses documentaires. Sharvan, le fils, s’est orienté vers le cinéma d’animation avant de se lancer dans la fiction. Ananda Devi, épouse d’Harrikrisna, et mère de Sharvan , est une romancière connue,auteur de nombreux romans. Elle est la scénariste du film « Les enfants de Troumaron », directement inspiré de son roman « Eve de ses décombres » (2006) qui a reçu le prix des 5 continents de la Francophonie.Son roman « Le sari vert » a eu le prix Louis Guilloux en 2010

Né à l'île Maurice en 1947, Harrikrisna Anenden entame la fiction après une trentaine d'années dans la photo et le documentaire. On lui doit L'Argile et la Flamme (1980). LA CATHEDRALE (2006) est son premier long métrage. LES ENFANTS DE TROUMARON (2012) est son second long métrage (en coréalisation, avec Sharvan Anenden).

 


Né en 1984, Sharvan Anenden a poursuivi des études de communication visuelle à Londres et réalisé des courts métrages d'animation. LES ENFANTS DE TROUMARON (2012) est son premier long métrage en coréalisation, avec Harrikrisna Anenden.


BensaidFaouzi BENSAIDI

 

Né à Meknès, au Maroc, le 14 mars 1967. Il fait ses études à l'Institut d'Art Dramatique et d'Animation Culturelle (ISADAC) de Rabat, puis s'installe en 1995 à Paris où il suivra une formation d'acteur au Conservatoire National Supérieur d'Art Dramatique.
Il mène une active carrière de comédien aussi bien au théâtre qu’au cinéma, notamment dans les films de Daoud Aoulad Syad (Cheval de vent en 2001) et de Nabil Ayouch (Mektoub en 1997).


En 1999 il coécrit le scénario de « Loin », le film d’André Téchiné dont il est l’un des interprètes. Il se fait connaître, et apprécié, au cinéma par la réalisation, à partir de 1998, de trois courts métrages remarqués :
-La falaise en 1998 qui reçoit 23 prix
-Le mur en 2000
-Trajets en 2000 prix spécial du jury à Venise

 

Son premier long métrage "Mille mois" est sorti en 2003 et a été doublement primé au festival du Cinéma de Cannes avec le prix "Premier regard" et celui du Ministère français de la jeunesse. Le film a été distribué dans une dizaine de pays.

 

« Mort à vendre », son 3° long métrage (2011), est sorti dans les salles en France en Août 2013.

 

Il a représenté le cinéma marocain aux Oscars en 2013.



Filmographie

- LA FALAISE (1998) - CM.
- TRAJETS (2000) - CM
- LE MUR (2000) – CM
’ MILLE MOIS (2003) -
- WHAT A WONDERFUL WORLD (2006)
- MORT A VENDRE (2011)

 Les intervenants

 

CATHERINECatherine Ruelle

 

Après des études de sciences politiques et d'histoire, Catherine Ruelle entre à Radio France International dans les années 1970. Elle y a été responsable, de 1973 à mars 2012, de la rubrique cinématographique consacrée aux cinémas du Monde,
notamment du cinéma africain.
Elle a fondé en 1984 l'association RACINES qui travaille en faveur du cinéma africain. Elle intervient dans de nombreux festivals et manifestations et anime de nombreux débats. Elle a participé au lancement de la collection de DVD « cinéastes africains » initiée par ARTE et elle a contribué à la réalisation de plusieurs ouvrages sur le cinéma africain. Elle a animé longtemps le cinéclub africain mensuel qui a lieu au musée DAPPER à Paris. En Avril 2011, elle a été désignée comme Présidente d'Honneur de la 8° édition du
Festival International du Film Panafricain de Cannes.

 

 

 

Etienne

Etienne Guillermond

 

Etienne Guillermond est journaliste dans la région parisienne, spécialisé dans la presse sociale, dans le conseil éditorial auprès d’entreprises et d’associations et dans la conception éditoriale des sites internet.

Il est né à Tollaincourt , petit village des Vosges,là où a vécu Addi Bâ « Résistant des Vosges » entre 1940 et 1943.
Il s’est intéressé à l’histoire d’Addi Bâ dans les années 1990, notamment à la lecture des travaux de Maurice Rives, colonel de l’Infanterie de Marine à la retraite.
A partir de 2003, et pendant 10 ans, il a multiplié les recherches sur le jeune guinéen, tant dans les archives que dans les villages de la région. Il a mis en place en 2009 un site Internet consacré à Addi Ba (addiba.free.fr) et réalisé une exposition sur « Le maquis de la Délivrance » en septembre/octobre 2013 aux Archives des
Vosges en partenariat avec l’Office des Anciens Combattants. Il a publié en septembre 2013 les résultats de ses travaux dans un ouvrage intitulé « Addi Bâ, Résistant des Vosges » aux éditions Duboiris.
Il a guidé dans la région le romancier guinéen Tierno Monémembo venu parcourir le territoire où s’est illustré Addi Bâ, avant de rédiger son roman « Le terroriste noir » paru au Seuil en Août 2012.

ADDI-ba

 

 

 

 

 

 

bernardBernard Magnier

 

Journaliste, Bernard Magnier, est un spécialiste des littératures d’Afrique et des « littératures métisses ». A ce titre, il intervient dans diverses revues et radios (RFI, France Culture).
Il est directeur de la collection « Lettres Africaines » aux Éditions Actes Sud et collabore par ailleurs en tant que conseiller littéraire pour le Tarmac, scène internationale francophone. Il est concepteur de diverses manifestations littéraires en France et à l'étranger. Il est notamment programmateur du festival «Littératures métisses» d’Angoulême et anime des stages de formation sur les littératures d'Afrique, du Maghreb, de la Caraïbe.

 

Il a publié de nombreux ouvrages et a notamment publié et coordonné :


- L’Afrique Noire en Poésie (Gallimard-Folio Junior 1986)
- Poésie d’Afrique au Sud du Sahara (Unesco/Actes Sud 1995), anthologie de 200 poètes.
- « J’écris comme je vis » (La passe du vent, 2000 ; Boréal), entretien avec l’écrivain Dany Laferrière
- La Poésie africaine(Mango,2005),anthologie illustrée pour jeunes lecteurs
- Renaissances africaines (Bozar books/Bruxelles, 2010), 30 textes inédits d’écrivains africains sur le thème des indépendances
Panorama des littératures francophones d’Afrique, 250 chroniques de livres et 140 biographies
Institut Francais (octobre 2012)

Fiche sur Bernard Magnier

 

Emmanuel Dongalafiche emmanuel Emmanuel Dongala


Né de père congolais et de mère centrafricaine. Emmanuel Dongala est diplômé "Master of Sciences" de la Rutgers University (U.S.A.) et "Docteur ès Sciences de l’Ecole Nationale Supérieure de Chimie de Montpellier (France). Il a enseigné de nombreuses années la Chimie à la faculté des sciences de
Brazzaville jusqu'à la guerre civile qui a ravagé le Congo en 1997 et qui l’a contraint à quitter le pays pour s’exiler aux Etats-Unis. Dans les années 1980, il a été l’un des principaux animateurs du Théâtre de l'Eclair, compagnie avec laquelle il a monté plusieurs pièces d'auteurs congolais et étrangers. Il a également fondé et présidé
l'Association Nationale des écrivains du Congo ainsi que la branche congolaise de PEN International.

Il vit aujourd'hui aux Etats-Unis où il est professeur de Chimie à Simons'Rock Collège, dans le Massachusetts, et professeur de Littérature Africaine francophone à Bard College dans l'état de New-York.
Romancier et nouvelliste Emmanuel Dongala écrit sur les problèmes de l’Afrique contemporaine, les horreurs de la guerre, la lutte des femmes et son amour de la musique de jazz, en particulier celle de John Coltrane.

Son oeuvre esr traduite dans une douzaine de langues. Son roman sur les dérives
meurtrières des enfants-soldats Johnny Chien Méchant a été adapté au cinéma par Jean-Stéphane Sauvaire (Johny Mad Dog 2008).
En 2010, son roman Photo de groupe au bord du fleuve, raconte la vie et la lutte des femmes d’Afrique qui se battent pour leurs droits..
Emmanuel Dongala a reçu le prix Virilo du « meilleur roman francophone 2010 » et le prix Ahmadou Kourouma en 2011 pour son roman Photo de groupe au bord du fleuve paru chez Actes Sud, roman qui a été également nommé « meilleur roman français 2010 » par le magazine LIRE.

En 2003, l’African Literary Association (ALA) lui a décerné son prix pour « excellence in creative writing and for human tights and freedom of expression » (« pour l’excellence de sa
création littéraire et pour les droits de l’homme et la liberté d’expression »). 

Ouvrages :
1974 Un Fusil dans la main, un poème dans la poche, roman
1987 Le Feu des origines, roman
1996 Jazz et vin de palme, nouvelles
2000 Les Petits Garçons naissent aussi des étoiles, roman
2005 Johnny Chien Méchant, roman
2008 La femme et le colonel, théâtre
2010 Photo de groupe au bord du fleuve, roman, Prix Virilo et Prix Ahmadou-Kourouma

 

Samuel samuel livreSamuel Lelièvre


Samuel Lelièvre est chercheur associé au CEMS (EHESS) et membre correspondant du LCP (CNRS). Il travaille sur les relations entre image, éthique, et poétique – avec un focus particulier en direction du cinéma – dans le cadre de recherches en philosophie et sciences sociales. Il s’intéresse aux cinémas et audiovisuels africains depuis près de deux décennies ; il est l’auteur de nombreuses publications et communications dans ce domaine.
En 2002-2003, il a également travaillé à l’University of KwaZulu-Natal (Afrique du Sud). Il a publié en 2013 un ouvrage sur Yeelen (La Lumière) de Souleymane Cissé (éditions l’Harmattan) avec une préface de Jean-Michel Frodon.

 

julien julien ficheJulien Fargettas


Chercheur associé à l’unité de recherche CHERPA de l’IEP d’Aix-en-Provence, Julien Fargettas est Docteur en Histoire. En 2000, il se voit décerner le prix Marcel Paul pour son mémoire de maîtrise intitulé Le massacre des soldats du 25ème Régiment de Tirailleurs Sénégalais : région lyonnaise-19 et 20 juin 1940.
Parallèlement à ses études, il poursuit une carrière militaire au sein de l’armée de terre qui le mène au Kosovo et en Afrique. Ayant participé à différents colloques et publications, en
France et en Afrique, il a publié aux éditions Tallandier, en janvier 2012, Les Tirailleurs
Sénégalais. Les soldats noirs entre légendes et réalités, 1939-1945.