Cinéconférence

Conférence-débat : 50 ans d'indépendance ou de nouvelles dépendances ?

par Christian Bouquet


On fête cette année 2010 le cinquantenaire des indépendances de 14 pays d'Afrique francophone, anciennes colonies de l'empire colonial français, émancipées en 1960.

Pour certains, l'indépendance a marqué une étape certaine dans le développement de l'Afrique Noire. Pour d'autres la dépendance coloniale n'a fait que céder la place à d'autres formes de dépendance et à d'autres formes de mise sous tutelle. Bien entendu ce rapport à l'extérieur ne serait pas sans conséquence sur une évolution économique et sociale marqué par une croissance bien modeste. Les uns tracent, pour l'Afrique, un avenir bien sombre. Mais pour d'autres l'Afrique a un avenir radieux...

La conférence et le débat organisés par VISIONS D'AFRIQUE, ont pour objectif de contribuer à éclairer les termes de la controverse et de fournir quelques éléments de réflexion à ceux qui se préoccupent de l'avenir de l'Afrique et des Africains.

Le conférencier : Christian Bouquet, professeur de géopolitique à l'Université Montaigne de Bordeaux et spécialiste des questions africaines.

Il a vécu dans plusieurs pays africains pendant plus de 30 ans comme professeur à l'université puis comme responsable des services culturels français à l'Ambassade de France. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages : Genèse d'un conflit – 1982, géopolitique de la Côte d'Ivoire, Le désespoir de Kourouma - 2005.

 

Carte des indépendances africaines

Les-indépendances-africaines


Réactions

  • «Touki Bouki est arrivé à un moment de crise très violente dans ma vie. J'ai voulu faire exploser beaucoup de choses. Peut-être parce que j'en voulais à la physionomie du cinéma africain, qui m'exaspère parce qu'à mon sens trop facile. Je ne dis pas sur un plan idéologique, mais sur le plan de la forme... Je pense que le cinéma africain a une révolution à faire au niveau de la forme et qu'il est temps de commencer! Notre problème au départ était quantitatif : tourner beaucoup de films. Maintenant il nous faut participer à la réinvention mondiale du cinéma et c'est en proposant des formes nouvelles que nous y arriverons»

    Djibril Diop Mambety
  • La leçon de ces premières rencontres semble claire : il est possible d'intéresser aux cinémas d'Afrique, et plus largement aux cultures africaines, un public français curieux de découvertes cinématographiques, d'histoire, de géographie et de politique africaines, en l'occurrence le public du Pays Marennes Oléron et de la région. Il serait certes présomptueux de considérer qu'un objectif a été atteint. Disons plus simplement que VISIONS D'AFRIQUE paraît en mesure de contribuer à cette sensibilisation aux autres mondes et aux autres civilisations, ici le continent africain et les cultures de ce vaste espace géographique, qui facilite la compréhension entre les hommes .à partir d'une meilleure connaissance de leurs cultures.

    Gérard La Cognata